[{"type":"google","family":"Montserrat","used":true},"Poppins","Peachy-keen-jf","Roboto","Hwt-star-ornaments"]

Polo : Brieuc Rigaux intègre les rares handicaps 6.

Ce joueur d’Apremont se classe parmi les 4 meilleurs professionnels d’Europe.

Depuis octobre, Brieuc Rigaux est le 1è Français classé handicap 6 par la fédération internationale, à 32 ans.

 

Le handicap classe les joueurs de -1 à +10.
Les meilleurs, classés 10 sont une poignée dans le monde.
A partir de 3 ou 4, on est demandé pour entrer dans une équipe, en concurrence avec les professionnels argentins, les attaquants les plus recherchés, les plus brillants. 
A 6 on est très remarqué.

 

Brieuc est fier d’une promotion qui reconnaît sa valeur, une promotion qu’il attendait depuis un moment. 
Mais il garde la tête froide.
La saison 2015 a été fertile : « voilà le résultat d’une organisation stable avec un staff compétent : le maréchal cantilien, le palefrenier argentin, la vétérinaire australienne sont bien en place et fidèles depuis des années. En plus, ils s’entendent bien. Ils me permettent de me concentrer sur mon jeu. Pourquoi ai-je obtenu cette montée en handicap ? Je me suis remis en question au plan physique et mental pour passer le cap et beaucoup discuté avec les autres, beaucoup travaillé la respiration. Du coup, j’ai bien évolué cette saison. Et puis j’ai eu la chance de partager de beaux tournois au sein de belles équipes. L’intégration de Lynx polo team dirigée par Cyrille Costes est décisive. » Lynx a en effet remporté un tournoi au printemps à Apremont (10/12 goals) puis un autre en Suisse. La saison s’est terminée par l’Open de France (14/16 goals) où Brieuc jouait dans une équipe très remarquée, Sainte-Mesme, purement française pour la 1e fois à ce niveau, qui a failli –de peu- l’emporter... Bref, un bel été !

Mais l’amitié et la complémentarité avec Thierry Vétois, un joueur français basé à La Baule avec qui il s’entend bien, est un atout maître pour Brieuc qui a besoin de se sentir en confiance pour se donner à fond. Il lui rend hommage : « on est en osmose car il positive toujours, il calme les tensions. Dans ces conditions on peut construire un jeu collectif avec de belles combinaisons. »

Pénétrer dans le club des 4 meilleurs joueurs européens ne lui tourne pas la tête : s’il est en concurrence frontale avec les virtuoses du maillet argentin, il ne court pas le cacheton, préférant rester fidèle à ses contacts historiques et aux capitaines qui l’ont amené à ce niveau. Cet hiver il va jouer sur neige à Megève avec Cyrille Costes et Thierry Vétois, puis, après un tournoi à Hong Kong, il prendra l’avion pour Tanger où Patrick Guerrand-Hermès a ouvert un site de polo. C’est là que sa première jument en retraite va faire ses premiers poulains. Tranquille. Au soleil. 
Puis Brieuc reviendra pour les gros tournois de printemps à Chantilly.

Bref, signe de maturité, il reste calme et ne change rien à son organisation : « je préfère jouer en confiance avec ceux que je connais plutôt que d’aller tenter l’aventure dans des tournois plus prestigieux où je ne serai pas à l’aise... D’ailleurs ceux qui gagnent s’appuient sur une équipe solide, durable et bien structurée. »

 

Installé au polo club de Chantilly (où il habite depuis toujours) Brieuc forme sa cavalerie de pur sang français réformés des courses. « Apremont m’a tout appris et m’a permis de progresser grâce à des capitaines comme André Fabre et Patrick Guerrand-Hermès qui m’ont donné ma chance. Apremont est une excellente vitrine sur le polo mondial, pour rencontrer des professionnels argentins et les voir jouer à haut niveau, on s’exerce toute l’année sur d’excellents terrains, sans risque pour les chevaux : on ne peut pas choisir une meilleure base ! » Tant mieux puisqu’il a -en plus- la chance d’y être né...

brieucrigaux@hotmail.com