[{"type":"google","family":"Montserrat","used":true},"Poppins","Peachy-keen-jf","Roboto","Hwt-star-ornaments"]

Sébastien Vincent : agriculteur, meneur international, prestataire de services.

La solidarité familiale en action. Découvrez son nouvel attelage, sa personnalité et son organisation sur L’Eperon.fr Pour l’émission « à table avec un homme de cheval », du 6 juillet.

Sébastien pratique l’attelage sous toutes ses formes, depuis tout petit, à la ferme et dans lesconcours de haut niveau.

Installée à Sacy-le- Grand, la famille Vincent a toujours travaillé avec des chevaux de trait, même quand les tracteurs les ont remisés au fond de la cour. Du coup, le petit Sébastien a appris à mener au cordeau, à labourer droit et, en prime la ferveur pour les chevaux de trait l’a gagnée.

Et comme le grand père collectionnait les colliers et les vieilles voitures hippomobiles, il a naturellement ouvert un musée et assuré des prestations attelées lors de cérémonies et de fêtes.

Le père a développé l’affaire avec ses enfants et les garçons se sont pris de passion pour les chevaux, le débourrage, le menage, les soins. Devenu champion de France en paires traits,

Sébastien a alors décidé de passer la vitesse supérieure pour devenir compétiteur. Formé au haras du Pin, il a gravi les échelons vers le menage de haut niveau en quelques années.

« Attention, je suis agriculteur avant tout, » aime-t- il à répéter, car il fait ses foins lui-même, il tient à nourrir autant que possible naturellement et à offrir de bonnes pâtures à ses chevaux.

En fait toute la famille vit et travaille à la ferme équestre : son père s’occupe des prestations extérieures liées au musée, son frère est chef d’écurie, sa compagne Anna mène à haut niveau et assure du côté des équidés et de l’intendance, avec la maman. « Comme mon frère gère l’écurie, je peux partir en concours à l’étranger. J’adore l’adrénaline de la compétition. Les chevaux donnent tellement qu’on doit donner encore plus qu’eux pour qu’ils soient contents ! » Donc la solidarité en famille est la clé de sa réussite.

Mais « il faut être un peu fou pour se lancer dans l’attelage à 4, »reconnaît Sébastien.

C’est un effort incroyable, surtout pour quelqu’un comme lui, parti de rien, mais tenace et

talentueux. « Partir en compétition signifie être bien entouré, d’ailleurs le monde du cheval exige qu’on soit très lié. » Il faut dire que la ferme de Sacy donne déjà pas mal de travail : une quarantaine de chevaux sont en débourrage ou pension-valorisation et le team de Sébastien s’est enrichi en début d’année d’un quatuor allemand noir : deux KWPN en volée et deux Hanovriens au timon. En tout il entretient 8 chevaux de concours.

Depuis qu’il appartient à l’équipe de France, il participe aux sessions de formation à Lamotte-Beuvron avec Félix Brasseur l’ancien champion du monde à 4 chevaux, qui vient de Belgique pour entraîner les meneurs français. « Il m’a tout appris, le respect de soi, le respect du cheval, comment amener un cheval à être propre et rond. » Car mener est un art délicat, surtout avec quatre chevaux, car ils ne passent pas tous les caps ensemble, « mais à certains moments ils volent et on vit, on travaille pour ces moments-là. »

L’école d’attelage de Sacy forme beaucoup de meneurs et obtient des résultats en jeunes chevaux comme au championnat régional. C’est une autre belle équipe à suivre ...

Ecole d’attelage et d’équitation ; stages, pension, débourrage.

Défilés, cérémonies avec calèches ...

Visite du musée.

246 route de la Bruyère – 60 700 SACY LE GRAND

bastien.vincent@free.fr