[{"type":"google","family":"Montserrat","used":true},"Poppins","Peachy-keen-jf","Roboto","Hwt-star-ornaments"]

Patrick Guerrand-Hermes, 1e français président de la fédération internationale de polo.

 

Elu à l’unanimité comme président de la fédération internationale de polo, Patrick Guerrand-Hermès voit consacrer une existence de militant du polo, en parallèle à sa carrière professionnelle comme dirigeant du groupe de luxe et sellier Hermès. Discret, efficace, sportif, passionné. Comme il se doit.

Ce joueur infatigable oublie son âge (il est en retraite…), élève des pur sang pour le polo entre les prés normands et le Maroc. Fondateur du 1e club français, la ferme d‘Apremont prés de Chantilly, il y a organisé un très beau championnat du monde en 2004. À Apremont tout le monde l’appelle Patrick, mais avec une pointe de respect, de retenue dans la voix… Depuis qu’il a vu, enfant, au Bois de Boulogne, les finales de coupe de France rassembler 25 000 fervents, il sait que le public aime ce jeu. Il a donc entrepris de le diffuser, d’en refaire un sport populaire. À Apremont, c’est un spectacle gratuit.

Il entame un tour du monde pour prêcher cette idée, lisser les disparités des règles appliquées selon les pays, garantir la sécurité des joueurs et des poneys, refondre les statuts pour

   « faire rentrer le polo dans le mouvement olympique, trouver l’équilibre homme/femmes, harmoniser les chances des pratiquants de toutes races et religions... Joué dans 83 pays, le polo décolle ailleurs, en Russie, en Pologne, en Iran où il peut jouer un rôle en faveur de la paix. Il implique le sens de la stratégie, une compétition virile, l’esprit d’équipe et le fair-play, on ne gagne pas d’argent, le polo véhicule une bonne communication entre les gens qui ont du mal à se parler, on l’a vu entre l’Inde et le Pakistan. »

Dès son retour, Patrick retourne sur le terrain : "j’en ai besoin, j’ai toujours le même enthousiasme !"