[{"type":"google","family":"Montserrat","used":true},"Poppins","Peachy-keen-jf","Roboto","Hwt-star-ornaments"]

Le musée du cheval de Chantilly au 13h de France 2 : l’audace et la compétence d’une famille d’artistes, les Bienaimé

Amateurs de belles histoires, à vos téléviseurs. Rendez-vous toute la semaine pour le feuilleton du journal de 13h sur France2 avec Yves Bienaimé, son bébé, le musée vivant du cheval et le spectacle « L’aigle et le vagabond » qui associe chevaux et fauconniers.

 

Amateurs de belles histoires, à vos téléviseurs. Rendez-vous toute la semaine pour le feuilleton du journal de 13h sur France2 avec Yves Bienaimé, son bébé, le musée vivant du cheval et le spectacle « L’aigle et le vagabond » qui associe chevaux et fauconniers.

Voilà bien l’audace propre au maître des lieux et à sa tribu d’artistes !

 

Il y a 23 ans, Yves Bienaimé a réussi à convaincre l’Institut de France de lui louer les écuries du château de Chantilly pour y animer une nouvelle race de musée. « Le cheval méritait cet écrin somptueux, répète-t-il. Impossible de laisser les plus belles écuries du monde à l’abandon. »

Depuis : une vingtaine de salles d’exposition, des jeux, la présentation des races, l’invitation de peintres à célébrer le cheval sous toutes ses facettes, des soirées de gala pour les grands de ce monde et d’autres pour apporter des fonds aux démunis.

 

Sans subvention.

 

Notre homme est un mécène qui cultive son sillon sans rien demander à l’Etat. Il se débrouille.

En réinvestissant les recettes du musée dans le musée. Et il emploie une vingtaine de personnes et forme des cavaliers-cascadeurs-dresseurs-comédiens.

 

II a accueilli plusieurs millions de visiteurs et créé un spectacle annuel qui associe son épouse et ses filles et les salariés. « C’est devenu une tradition de retrouver la magie de Noël, l’immense dôme en pierre de 28m de haut, cet espace majestueux inspire forcèment une histoire époustouflante », explique Virginie, metteur en scène.

Yves a eu l’idée d’inviter des fauconniers. La famille a foncé, avec talent. Et voilà 11 cavaliers en scène avec 14 chevaux, 5 poneys, 1 âne et les rapaces de « Vol libre ». Tout un symbole. Sophie, directrice artistique et de la communication du musée, dresse les chevaux et affine le marketing : »ici on est polyvalent et à Noël on s’épanouit, car notre routine se révèle enfin au public ». Routine, vous avez dit routine ? Voilà bien l’humilité des perfectionnistes !

L’Aigle et le vagabond, jusqu’au 2 janvier à 14h30 et 16h
Musée vivant du cheval
Grandes écuries du domaine de Chantilly
40km au nord de Paris, N16 ou N17.
Tél : 03 44 57 40 40
museevivantducheval@wanadoo.fr