[{"type":"google","family":"Montserrat","used":true},"Poppins","Peachy-keen-jf","Roboto","Hwt-star-ornaments"]

Saison équestre au cirque d’Amiens. Hommage aux dynasties du cirque : le 6 novembre à 20h, place aux tableaux libres de Lucie...

Un événement indispensable à vivre pour tous les amateurs de chevaux.

Depuis cinq générations la famille Gruss nous enchante avec des numéros de dressage équestre ; il faut absolument venir admirer Lucien, le virtuose du dressage en liberté, le mardi 6 à 20h au cirque d’Amiens.

 

Alexis le grand, le père de Lucien est considéré comme l’écuyer du siècle et c’est lui qui s’est ingénié à relancer le cirque moribond, avec Annie Fratellini en 1974. C’est le grand Alexis qui a formé ses enfants à l’art du dressage. Des dressages puisqu’il utilise toutes les traditions. Il maîtrise la tradition de légéreté à la française car il a tiré le meilleur des différentes filières d’apprentissage de dressage haute école, carrousels et jeux sur la piste, plus l’enseignement classique : auprès du maître portugais Nuno Oliveira, avec les écuyers du Cadre noir de Saumur et grâce à son père Alexis, orfêvre en la matière. « Nuno Oliveira m’a marqué bien qu’iln’ait pas réussi à transmetttre le quart de ce qu’ils savait à ses élèves. Mon père m’a transmis l’intransmissible, c’est-à-dire un exceptionnel tact équestre, si le cirque a fait de moi un artiste, mon père a fait de moi un homme de cheval, » rappelle Lucien. C’est lui qui a osé sortir de la piste des numéros comme les étalons en liberté. « J’aime leur fougue et leur liberté, pour un résultat pur, simple et beau qui se passe de commentaires. » 
Il nous présente SES beaux gris, des lusitaniens, qui se produisent en solo ou par deux ou trois ou quatre.

Lucien multiplie les expériences dans des lieux insolites, de la petite piste aux arênes immenses, de l’esplanade au simple chapiteau. Installé au haras d’Uzès, il propose des galas sur mesure et s’est particulièrement illustré, avec ou sans le Cadre noir, avec es anciens élèves de Hasta Luego, à Cheval Passion à Avignon, il a dansé avec ses chevaux au jubilé de la Maison Hermès et avec le chanteur d’opéra Luciano Pavarotti, il a réalisé l’ouverture de la coupe du monde de dressage en Allemagne. Il se produit dans toute l’Europe et certains de ses élèves sont les meilleurs cavaliers internationaux, je veux citer Margritt Otto Crépin (médaillée olympique) et le champion du monde par équipe Michel Robert. Car Lucien a le sens de la pédagogie et sait « passer » ses secrets de famille.

Ce soir là, Lucien rend hommage à sa soeur ainée Arlette, grande figure circassienne s’il en est, attachée à Amiens où elle est revenue souvent, ranimant le flambeau familial. Arlette a créé un cirque ambulant et remonté « le chapiteau rouge et blanc, aux couleurs de son caractère bien trempé, » conclut Lucien. 
Ce soir-là, sera inauguré le square Arlette Gruss derrière le cirque Jules Verne.

Et le chapiteau rouge et blanc au nom d’Arlette Gruss se posera à Amiens, parc de parc de la Hôtoie, du 7 au 11 novembre.

Ce spectacle est une coproduction du cirque Jules Verne et du cirque Arlette Gruss.

Prochain invité : Mario Luraschi, 21 & 22 novembre.

www.luciengruss.com
Contact : Marie-Dominique Castan, 04 66 27 58 66.

Pôle national du cirque et des arts de la rue à Amiens.
03 22 35 40 41
www.cirquejulesverne.com