[{"type":"google","family":"Montserrat","used":true},"Poppins","Peachy-keen-jf","Roboto","Hwt-star-ornaments"]

Fête de la vènerie à Compiègne, 1e et 2 septembre.

 

L’exemple vient de loin et de haut.
Nos monarques sont venus chasser en forêt de Compiègne, durant quinze siècles. Pour chasser, ils ont modelé le massif, tracé des allées en étoile bien longues, bien droites pour la vue du cerf, ils ont ouvert des élevages de faisans et de faucons, construit quantité de maisons forestières pour les gardes … La vie forestière s’est organisée autour de cette activité et la ville en est issue.

 

Plusieurs équipages continuent à courir le cerf, le chevreuil et le sanglier en forêt d’Halatte et d’Ourscamp, deux fois par semaine … Question monture de vènerie, longtemps les trotteurs de réforme ont eu l’exclusivité de cette activité grâce à leur légendaire endurance. Maintenant, d’autres races les accompagnent en forêt.

 

C’est cette histoire que fait revivre avec faste la fête de la chasse qui occupera le parc du château impérial, les 1e et 2 septembre. Concerts de trompes, messe du dimanche consacrée à saint-Hubert et sonnée, rassemblement des meutes de chiens et concours d’élevage sont au programme. Côté chasse, on prévoit une présentation des différents modes de chasse. Côté cheval, une démonstration de toutes les disciplines équestres.

Comme il se doit, Mario Luraschi, spécialiste inégalé des cascades dans les films historiques et des spectacles équestres, sera de la partie. Son équipe donnera plusieurs séances durant le weekend.

La fédération des chasseurs de l’Oise présidée par Guy Harlé d’Ophove, entend faire découvrir la faune, la forêt, la plaine et les marais et les métiers exercés par ceux qui s’en soucient. La fête est ouverte à tous les amateurs de la nature, la dernière édition avait attiré 30 000 visiteurs, attention aux embouteillages car les rues de la vieille ville qui mènent au château sont assez exigües.

Une ferme éphémère s’ouvre pour le plaisir des enfants qui pourront se balader à dos d’âne et admirer toutes sorters d’animaux de basse-cour.

Et pour déjeuner ? Plusieurs sites de restauration et en vedette, naturellement, les produits fermiers et spécialités du terroir.

 

Voir en ligne : www.fdc60.fr