[{"type":"google","family":"Montserrat","used":true},"Poppins","Peachy-keen-jf","Roboto","Hwt-star-ornaments"]

Etape du Global Champions Tour : Le n°1 mondial à Chantilly ce week-end

 

Rolf-Göran Bengtsson : de la mécanique au sommet du monde.
Il sera la tête d’affiche de cette 9ème édition du Jumping International de Chantilly : il sera le favori du Grand Prix Global Champions Tour de samedi et puis surtout, dans la foulée il sera le grand favori pour le titre olympique.

Car Rolf-Göran Bengtsson (50 ans), vice-champion olympique à Pékin/Hong Kong, a de grandes chances de revenir de Londres avec deux médailles autour du cou car son équipe, la Suède, affiche également une bonne forme.
Depuis le début de l’année, celui qui est également champion d’Europe en titre, est n°1 mondial : le couronnement d’une carrière réussie à la sueur de son front et qui a commencé à mi-temps entre le cambouis des moissonneuses-batteuses qu’il réparait en Suède (« J’ai toujours été attiré par les moteurs, la technique. Pouvoir réparer quelque chose soi-même est quelque chose de valorisant. ») et les chevaux qu’il montait en concours complet avant de glisser vers le saut d’obstacles et le professionnalisme.
Dès ses premiers CSI, Jan Tops, le directeur du Global Champions Tour, mais également le patron d’une écurie de compétition, le repère et le recrute en 1997. C’est l’époque des premiers grands succès internationaux, de Roofs et Pialotta et des premières médailles en Championnat d’Europe (bronze individuel et argent par équipe à Arnheim en 2001 avec Pialotta qu’il a dû céder à la future Madame Tops, Edwina Alexander).
S’en est suivi une installation en Allemagne, chez le président de la fédération allemande, une collaboration avec le stud-book du Holstein ainsi qu’avec l’éleveur et homme d’affaires mexicain, Alfonso Romo. Tout ça lui permet de monter des chevaux aussi exceptionnels que Casall, 2ème à Cannes ou Ninja, champion d’Europe et vice-champion olympique.
Le discret Rolf-Göran Bengtsson fait donc définitivement partie des grands favoris des Jeux de Londres, mais déjà, sa belle équitation vaut bien toutes les médailles d’or de la terre. Un vrai régal !

D’autres candidats olympiques

Le n°1 mondial ne sera pas le seul candidat sérieux à un podium olympique présent à Chantilly. D’autres favoris pour ces précieuses médailles seront au départ à commencer par le britannique Nick Skelton qui présentera ses deux cracks Carlo et surtout Big Star qu’il montera à Londres. A 55 ans, ce miraculé à qui l’équitation avait été interdite après un terrible accident, sait qu’avec ce cheval exceptionnel, il tient là l’ultime occasion de réaliser devant son public l’exploit de sa carrière. Un plaisir de le voir à Chantilly en compagnie de son coéquipier olympique, l’écossais Scott Brash. Trois des cinq sélectionnés allemands seront également en piste sur l’arène Meautry : le vainqueur de la Coupe du monde 2011, Christian Ahlmann avec le célèbre Taloubet Z, l’artiste Marcus Ehning avec Copain van de Broy et Sabrina et la remplaçante, Meredith Michaels-Beerbaum récente 3ème du Grand Prix d’Aix-la-Chapelle avec Bella Donna.

Le porte-drapeau de la délégation brésilienne à Londres, Rodrigo Pessoa, a également choisi Chantilly comme ultime préparation olympique avec Rebozo en compagnie de son coéquipier Alvaro de Miranda, vainqueur en 2011 du Grand Prix Equidia de Chantilly.

Il faut également citer les champions olympiques par équipe en titre, le Étasuniens Beezie Madden et McLain Ward (première apparition à Chantilly) qui ont également choisi le décor des Grandes Écuries avant d’aller remettre leur titre en jeu à Greenwich Park.
Cette liste, loin d’être exhaustive est, on le voit, surtout fort prestigieuse : une chance inouïe pour le public cantilien et francilien convié gratuitement à cette célébration du meilleur du jumping mondial car peu, parmi ces noms cités, devraient être à l’écart des podiums londoniens dans quinze jours. Des noms auxquels il convient d’ajouter ceux des cavaliers français : si Kevin Staut et Pénélope Leprévost seront (déjà) en Angleterre pour assurer le maintien de la France en Top League à Hickstead, un devoir patriotique, Roger-Yves Bost et Simon Delestre seront bien à Chantilly.

Autres cavaliers olympiques à Chantilly ce week-end :

Edwina Tops Alexander (Australie) : gagnante du GP GCT de Chantilly en 2011. Grosse chance de médaille (8/10).
Ben Maher (Grande-Bretagne) : bonne chance de médaille par équipe (5/10).
Bill Twomey (Irlande) : chance raisonnable de médaille individuelle (3/10).
Katharina Offel (Ukraine) : la gagnante du Grand Prix Hermès au Grand Palais peut créer la surprise à Londres (4/10).
Reed Kessler (USA) : membre de l’équipe étasunienne championne olympique candidate à sa succession (7/10). Cette jeune cavalière est un phénomène à peine âgée de 18 ans !

Et aussi :

Michael Whitaker (Grande-Bretagne) : écarté de la sélection olympique, Michael vient cependant, lors des deux derniers week-ends, de remporter le mythique Grand Prix d’Aix-la-Chapelle et de se classer 2ème dans le Grand Prix GCT d’Estoril.
Laura Kraut (USA) : Laura n’a pas été retenue dans la sélection olympique des États-Unis, mais la compagne de Nick Skelton, gagnante du GP GCT de Chantilly en 2010, affiche une grande forme en ce moment (1ère GP de Geesteren, 2ème GP de Rotterdam et 6ème du GP d’Aix-la-Chapelle)

Et côté français, parmi les non sélectionnés, les cavaliers en forme :

Philippe Rozier vient de signer une belle performance dans le GP GCT d’Estoril, double sans faute et 7ème ; Marc Dilasser et Jérôme Hurel (vainqueur 2007 du GP de Chantilly) ont pris, le week-end dernier, une 3ème place avec la France dans la Coupe des Nations de Falsterbo ; Patrice Delaveau aura à cœur de prendre une revanche sur le sort avec sa sortie de l’équipe de France olympique suite à une blessure de son cheval Orient Express*HDC ; il montera Ornela Mail*HDC à Chantilly. A 64 ans, Michel Robert, vainqueur du GP EQUIDIA de Chantilly en 2010, vient de remporter une épreuve à 1m50 à Monte-Carlo avec Nénuphar’Jac.