Accueil > Actualités > Choisir un beau métier : sellier bourrelier garnisseur.

Actualités

3 mars 2008

Choisir un beau métier : sellier bourrelier garnisseur.

Ce métier traditionnel se décline d’ailleurs maintenant au féminin également ...

Panorama de vrais experts, d’excellents artisans passionnés par les chevaux et qui donnent envie de s’y mettre ...

Les apprentis sont d’ailleurs recherchés.

Depuis 1986, Danièle et Hubert Wynands proposent des stages d’initiation à la bourrellerie à Trefcon prés de Saint-Quentin. Ensuite, ils ont ajouté d’autres cordes à leur arc pour attirer les visiteurs dans leur gîte rural : tourisme équestre, canoë, promenades accompagnées, péche...

Toujours dans l’Aisne, François Thomas est installé au Nouvion-en-Thiérache. Comme Lucien avant lui, ce grand couturier du cuir il allie harnachement du cheval et décoration intérieure. S’il est un peu spécialisé dans les selles sur mesure pour les trotteurs qui sont nombreux dans le secteur, il fournit aussi la vénerie et les chevaux de loisir, en fait il sait tout faire. On le rencontre sur les terrains de concours et lors des fêtes équestres.

Dans l’Oise, la relève est assurée, avec la toute jeune Raphëlle Kail. Passionnée par les équidés, à Moyenneville, elle s’adonne aussi bien aux créations et aux réparations, genre « prêt-à-porter » du cheval qu’aux réalisations sur mesure et elle a élargit son savoir-faire aux textures synthétiques.

Elise Blouet-Ménard se concentre sur la restauration des pièces rares, en cuir et en métal, à Saint-Léger-en-Bray. Elle leur redonne l’éclat d’origine et, dans les références de ses clients, on rencontre de grands musées et des collectionneurs prestigieux du monde entier.

Dans la région de Chantilly, les professionnels sont moins rares (encore que... ils le deviennent !). A Lamorlaye, Bernard Tompkin a fait ses preuves dans le monde des courses. Il découpe ses selles au gramme prés pour éviter tout poids supplémentaire au jockey : incroyable ! Il fabrique, répare, restaure et la maison Hermès connaît son expertise. Tout comme les entraîneurs qui ont besoin d’un mors spécifique pour un cheval à la bouche très fragile.

A Plailly, Alain Chopin est du même tonneau.

Toujours à Chantilly, l’AFASEC organise des formations, dont sont issus les membres de l’atelier EPONA.

Dans la Somme, la référence, c’est Joël Loir. Il est connu comme le loup blanc car il se déplace dans les clubs et les écuries pour assurer les réparations. Il prend aussi plaisir à rénover des pièces historiques et a ssure des formations au lycée de Ribemont-sur-Ancre et à la maison familiale de Songeons.

Le Val d’Omignon à Trefcon / 03 23 66 58 64.

François Thomas au Nouvion/ 03 23 97 01 36.

Raphaëlle Keil à Moyenneville /06 78 82 46 17.

Elise Blouet-Ménard /06 79 97 95 44. 0344 22 63 05.

Bernard Tompkin / 03 44 21 40 12.

Alain Chopin / 03 44 54 30 51

Atelier Epona à Chantilly / 03 44 62 41 90.

Lycée de Ribemont/Ancre / 03 22 40 63 53.

  • 10 Mar Lundi 10 mars 2008Pic ardie – Divers
    Choisir un beau métier : sellier bourrelier garnisseur.

|

Mots-clés