Accueil > Actualités > Cultiver avec ses Boulonnaises

Actualités

10 mars 2012 — par Emmanuel Biallais

Cultiver avec ses Boulonnaises

Jean-Luc Genoux travaille au champ avec ses juments.
Si, si,
Cet éleveur de Boulonnaises fait tout avec elles : labourer, sarcler, récolter, fanner, débarder le bois ou curer les marais, tout est possible !

Installé à Warloy Baillon, au nord d’Amiens, il milite pour le retour du cheval aux champs, car il a fait ses comptes : « on n’a pas besoin d’aller très vite pour avoir fini avant les autres … IL suffit de bien faire. Un tracteur consomme de plus en plus en carburant. Un cheval de trait a besoin d’un hectare d’herbe et assurer son travail neuf heures par jour. Qui dit mieux ? » Mais c’est surtout leur compagnie qu’il apprécie. Jean-Luc et Sophie en parlent comme de véritables personnes … Ses juments, de grands gabarits qui frôlent la tonne, ont une encolure profonde, puissante et peuvent tirer sans soucis plusieurs heures d’affilée.

Jean-Luc et Sophie élèvent 9 juments de 5 à 28 ans, qui marchent à la voix, juste un claquement de langue et elles démarrent avec entrain. On peut même dire qu’elles avancent vite !

A 41 ans Jean-Luc vient de créer son entreprise en tablant sur plusieurs métiers. Il souhaite développer l’activité de débardage, nettoyer et entretenir les espaces verts, dégager des marais, des berges de rivière, collecter des déchets en ville. Le cheval débardeur vient en complément des camions, il permet de vider les parcelles inaccessibles ou de passer sans dégâts dans les chemins creux, pour apporter les grumes au bord de la route où les camions pourront les reprendre rapidement. « Le cheval ne salit pas, ne défonce pas le sol, Ebène et Idole peuvent tirer ensemble jusqu’à 1 500kg et manœuvrer sur place. Elles slaloment sans abîmer les pelouses ou les parterres. » Elles sont lentes parait-il ? Non, car dégager une vingtaine d’arbres en une bonne demi-journée, c’est considérable !

Il rêve aussi de conduire les enfants à l’école, histoire de les détendre : « ils aimeraient donner une petite caresse au cheval en partant ! »

Jean-Luc a adapté d’une collection de matériels au gabarit des Boulonnaises. Mécanicien et soudeur, il récupère, modernise et améliore les outils. Sa dernière création est un « fardier » ou « binard » pour débarder en paire. Sur ce point, il ne craint pas la réputation historique de puissance des chevaux ardennais, car il défend la rapidité de ses Boulonaises.

Voir en ligne : blog

|