Accueil > Actualités > Le Pro 1 de Béthune entre Prestige et tradition

Actualités

4 mai 2007 — par Jennifer Décamp

Le Pro 1 de Béthune entre Prestige et tradition

Connaissez-vous un centenaire qui n’a pas pris une ride et rajeunis chaque année ?

Le concours de Béthune bien sûr et voilà 106 ans qu’il dure ! Ils sont d’ailleurs rares, les concours hippiques qui peuvent se targuer d’être plus que centenaire et ils sont tout aussi rares les concours qui résistent à l’appel des étoiles et à la dénomination CSI.

Je suis attaché à défendre le Grand Prix Pro 1, la dotation de 98 000 euros pourrait me permettre de passer en international, mais je préfère organiser un très bon Pro 1, qu’un CSI** ! Cependant si un jour je me lançais dans un international, ce serait pour faire un CSI*** et rien d’autre. Explique le Président du concours et ancien avocat Maître Gayot. Cette année, ils se sont posés la question car les dotations deviennent très sérieuses et les cavaliers n’étaient pas assez nombreux l’an dernier dans le Grand Prix, mais ces derniers ont fortement insisté pour qu’il reste en Pro 1 face à la pénurie de bon concours Pro 1 en France. Pourtant le Grand Prix du traditionnel lundi de Pentecôte doté de 40 000 euros n’avait attiré que 26 engagés l’an dernier.

Je trouve regrettable qu’un tel concours avec une telle dotation n’attire pas plus de cavaliers et comme nous redoutions le faible nombre de partant dans le Grand Prix, nous avions même offert la possibilité d’engager trois chevaux par cavaliers dans cette épreuve Ce qui signifie qu’il y avait seulement 17 cavaliers d’engagés ! Je trouve cela malheureux que l’on ne soit pas protégé par la fédération. Elle devrait choisir ou parrainer dix concours Pro 1 en France les mieux adaptés selon leurs organisations, leurs terrains, et leurs dotations afin d’orienter le choix des cavaliers et que le sélectionneur en prenne compte.

Alors Maître Gayot après le concours a envoyé une lettre à Jean Maurice Bonneau reprenant toutes ces idées. Je l’ai envoyé avant la foire aux dates, (la grande réunion de tous les organisateurs de concours le 26 septembre) et les cavaliers ainsi que les organisateurs comme Alain Hinard ont repris la majeure partie de cette lettre. explique t’il avec conviction.

Les organisateurs de Béthune sont des précurseurs, après avoir remis en route les concours Pro 1 haut de gamme il y a 10 ans, ils réussissent aujourd’hui à se faire entendre auprès de la fédération qui a finalement sélectionné 16 concours Pro 1 et débloqué 25 000 euros pour créer un challenge ou les cavaliers prendront des points en concourrant sur ces concours. À 85 ans, l’organisateur dévoué, à cette ville et au jumping, n’a pas sa langue dans sa poche mais beaucoup de cavaliers comme Eric Navet le soutienne depuis toujours. Quatre fois vainqueur du Grand Prix Eric est toujours au rendez-vous depuis son premier championnat d’Europe Junior sur ce terrain. Il n’est d’ailleurs pas le seul à apprécier les lieux car Stéphane Delaveau, le chouchou de ce concours puisqu’il n’a jamais manqué une édition en 22 ans a reçu l’an dernier le trophée du plus fidèle cavalier.

Les cavaliers proche du public et les gens chaleureux font l’esprit ce concours. Le rendez-vous de la Pentecôte est une tradition, c’est une vraie institution ! raconte Jean Gayot qui fut, il y a 40 ans, speaker avant d’être Président de Jury. La preuve de cette affirmation se raconte sous forme d’anecdote : « Nous avons organisé de 1990 à 1994 le Renault Jump (CSI****) mais après le désistement du sponsor Renault pour la F1 nous avons eu des problèmes de sponsoring. Nous avons pu organiser le Jumping pendant deux ans, mais quelques Belges, Parisien et d’autres sont quand même venu aux jardins des sports alors qu’il n’y avait rien » se remémore t’il en riant avec une certaine fierté. Toute l’organisation et les bénévoles ont de quoi être fier car depuis que l’association des cavaliers de sauts d’obstacles (ACSOF) existe, Béthune a toujours était classé dans les cinq meilleurs Pro 1 de France. En 2005, nous étions d’ailleurs sacré premier ! s’exclame Pascal Holl le commissaire Général.

Des sponsors en Or :

Les 25 000 euros de subventions offertes par le Conseil Général et Régional ainsi que toutes les autres institutions sont utilisées pour la logistique du concours. Les organisateurs se plient ensuite en quatre pour trouver des sponsors afin d’offrir de coquettes dotations aux cavaliers qui s’engagent à Béthune.

En 1996, le concours de Béthune disposait d’une dotation de 15 000 euros, dix ans plus tard c’est avec un budget de 98 000 euros que le magnifique terrain de sept hectares au cœur de la ville accueille ses cavaliers. C’est le deuxième Grand Prix Pro 1 le mieux doté derrière Franconville affirme Pascal Holl. Cette année, c’est encore plus de 10 000 personnes qui s’amasseront autour du terrain, le Jardin des Sports prendra alors des airs de Fontainebleau. Le public suivra donc une fois de plus avec frénésie l’épreuve des 6 barres le dimanche 27 Mai et le Grand Prix le lundi 28 Mai. Une nouvelle formule innovante devrait d’ailleurs attirer de nombreux cavaliers car Pascal Holl a obtenu auprès de la FFE un engagement forfaitaire de 500 euros par cavalier Pro 1 donnant le droit de participer aux deux petits Grand Prix et au Grand Prix avec la possibilité de changer un cheval d’épreuve la veille. Sans oublier la gratuité du box pour les chevaux qui participeront à l’épreuve des 6 barres. Nous ne sommes pas des organisateurs Businessman, nous sommes à l’écoute des cavaliers. Je demande toujours l’avis de quelques cavaliers comme Bruno Broucqsault, Timothée Anciaume ou Patrice Delaveau, avant de sortir mon avant programme et nous faisons des prix au ras des pâquerettes aux prix coûtants car nous savons que se déplacer en concours coûte cher. On est encore des puristes et l’on veut défendre les vraies valeurs des sports équestres ajoute Pacal. Cheville ouvrière de la filière cheval, ils organisent par passion et cela se ressent. Générosité, ambiance festive et soif de bien faire font l’âme de ce concours, mais à l’heure actuelle une seule question se pose... Eric Navet sera-t-il pour la cinquième fois vainqueur du Grand Prix de Béthune ?

Les principaux vainqueurs de Béthune :

  • Le Capitaine Clavet avec Espiaz en 1937 et Héron en1938. Le Capitaine Clavet a aussi été à la base du règlement équestre National et International.
  • Le chevalier D’Orgeix avec Sucre Pomme en 1947 et Vigie en 1949
  • Patrick Moizard avec Louvetain qui fait actuellement parti du conseil interrégional du Cheval et du CCROC de la Picardie.
  • Jérôme Chabrol avec Osiris L en 1964, Nacarat et Sire de la Forêt en 1969 et Feu Follet en 1978
  • Marc Roguet avec Pacha C en 1965 et Utricule en 1973
  • Gille Bertrand de Balanda avec Labardor C en 1966
  • Hervé Delloye avec Nnounchka en 1967. Hervé Delloye est aussi le Président du Conseil interrégional du cheval de la région et Président du CRE du Nord ainsi que le Président du Jury de Béthune.
  • Nelson Pessoa avec Nagir en 1970, La Belletière en 1990
  • Louis Hazebrouck avec Vlan en 1972 et 1977, Bamba 1979, Glorieux en 1980
  • Eric Navet avec Ivan du Val en 1982 et 1983, Daltone Mouche en 1999 et Dollar du Murier en 2000
  • Michel Robert avec Hondo B en 1984 et Lafayette en 1988
  • Jacques Bonnet avec Gracieux Ardent en 2003
  • Philippe Rozier avec Héritière d’Adrier en 2004
  • Patrice Delaveau avec Jumpi des Fontaines en 2005
  • Timothee Anciaume avec Fastourel du Cap en 2006
  • 26 Mai Du 26 au 28 mai 2007BETHUNE (62) – Attelage
    Le Pro 1 de Béthune entre Prestige et tradition

|

Mots-clés